L’histoire de Concarneau

  • Le nom « Concarneau » vient de Concha et Kerneo. La ville close était appelée jadis Conq (étant donné que l’îlot soit une conque de Cornouailles ou Conq Kerneis). Mais selon d’autres sources, un homme qui répondait au nom de Concar s’est offert l’îlot qui était à cette époque le refuge des Pictes. Il décida alors de baptiser la ville Concar-Keroneos ou Conkerneos qui signifiait « Concar, fils d’Urbien ». Suite à sa mort en 725, les français se sont emparés de l’île vers l’an 799 et ont décidé d’y demeurer ; au bout d’une dizaine d’années, les bretons les chassèrent.

    Conq au Moyen Age

    Tout au long de l’époque du Moyen Age, Conq dépendait de la paroisse de Beuzec. D’ailleurs, le centre paroissial fut établit dans Lochrist ; puis, un prieuré fut construit par l’abbaye de Landévennec, il s’agit de la future église tréviale connue sous le nom de Saint Guénolé.
    Conq devient une importante forteresse qui abritait une garnison anglaise entre 1342 à 1365. Raoul Knollès, un anglais, a été gratifié par le duc Jean IV. Mais en l’an 1373, le territoire fut entre les mains de Bertrand du Guesclin qui chassa alors les anglais. Avec à la tête le connétable Clisson, Conq connu des années de paix jusqu’à ce que Jean IV s’éteigne en 1399.

    La construction de l’enceinte murale de Concarneau

    En 1285, le duc Jean II a déjà entamé la construction de l’enceinte murale. Mais les grands travaux n’ont commencé et ont été repris que vers 1451, suite aux ordres du duc Pierre II, puis continués sous Arthur III et François II jusqu’en 1477.
    En 1489, Conq est de nouveau entre les mains des anglais grâce à la duchesse Anne après que l’îlot ait été un vrai territoire de conflits (invasion française en 1489).

    Concarneau, dominée par les français

    A partir de 1532, Concarneau a été entièrement commandée et dirigée par les français. La famille Prestre de Lézonnet en était les principaux bénéficiaires, et ce pendant un peu moins d’un siècle.
    Le 17 janvier 1576, une trentaine de cavaliers hérétiques calvinistes avec à la tête les sieurs de La Vigne et le Houlle de Kermassonnet arrivent sur Concarneau mais ont dû ensuite capituler à la vue d’une armée d’environ 8 mille hommes en provenance des villages autour et des habitants de Quimper, armés. Concarneau connut ensuite des périodes de luttes et de grands conflits notamment durant les guerres de la Ligue.

    Concarneau d’aujourd’hui

    Aujourd’hui, Concarneau est une destination touristique de premier choix. On y voit distinctement deux quartiers : la ville close et le faubourg Sainte Croix.

    5 (100%) 1 vote

    Laisser une réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    8 + 10 =