La ville de Pont Aven

  • La ville de Pont Aven, qui est en réalité une commune, a été fondée en 1780 avec un peu moins de 200 hectares de superficie. Elle a été prélevée sur la rive gauche sur la paroisse de Riec, puis à droite sur la paroisse de Nizon. La fusion de Pont Aven et de Nizon a été effectuée en 1954.

    Les rues de Pont Aven

    Chacune des rues de Pont Aven a une histoire. Il y en a d’ailleurs de nombreuses : la voie gallo-romaine de Quimperlé qui mène à Concarneau, les quartiers de la rive gauche, le centre ville, la Rue Louis Lomenech, le quartier de Bourgneuf, la Place de l’hôtel de ville. On y trouve également la Rue du Général de Gaulle, la Place Gauguin, la Venelle de Rosmadec, la Rue Auguste Brizeux, la passerelle, le centre ville sur la rive droite. La Place de l’Eglise, la Rue Emile Bernard, la Rue des Abbés Tanguv, la Place Henri Delavallée, la Rue Job Philippe, la Venelle ou Rue de la Petite Tourte ont-elles aussi leurs histoires. A Pont Aven, on peut aussi visiter la Rue de la Villemarqué, la rive droite qui conduit au port, la Rue des Meunières, la Rue du Port, la Place Royale, la Venelle Rozambidou, le Quai Théodore Botrel.

    Le port de Pont Aven

    Grâce à son port, Pont Aven jouit d’un développement considérable. Depuis le XVIIIème siècle, il a été la principale source de métiers et de production de la ville. Le port de Pont Aven est d’ailleurs un des plus grands ports de toute la Cornouaille pour le cabotage. A la vue des longueurs des quais, on comprend tout de suite l’importance du port.
    Dans le passé, les bateaux cheminaient entre Brest et Saint Jean de Luz pour transporter du bois, du sel, des céréales, du granite, du charbon venant d’Angleterre, du maërl des Glénan … Ils servaient également à transporter des produits en destination de Groix et Belle-île.
    Pont Aven était par ailleurs, vers 1630, le port qui transportait du blé vers Nantes. En effet, des archives anciennes de la Marine à Lorient le prouvent.
    Mais à partir de 1862, la ligne ferroviaire Paris à Orléans arrive jusqu’à Quimperlé. En conséquence, le chemin de fer de Quimperlé à Concarneau, en passant à Pont Aven fut établi. Les caboteurs ont peu à peu connu le déclin étant donné que le transport des produits par wagons fait gagner considérablement en temps et en ressources.
    Aujourd’hui, le port de Pont Aven est devenu un port de plaisance. Plus de caboteurs, mais place aux plaisanciers !

    Notez cette page

    Laisser une réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    4 + dix-sept =